Quand les transports en commun te transforment en serial killer

Envie de meurtre et transport en commun-La parenthèse d'Anaïs

T’as déjà eu des envies de meurtres? C’est un peu brute comme entrée en la matière… Je sais! Mais je pose la question parce que moi oui! Et souvent… En fait, je me suis rendue compte que mes pulsions meurtrières coïncident avec les jours où je prends les transports en commun. Sûrement parce que la grande majorité de mes victimes potentielles sont mes voisins de RER, bus, métro et autres moyens de locomotions lents et nauséabonds. Ai-je vraiment besoin de développer? Si je veux écrire un article, oui, il vaut mieux que je développe. Mais franchement, tu comprends ce que je veux dire, non? Si toi aussi tu prends les transports, ose me jurer que tu n’as jamais au grand jamais envisagé de trucider (quand je dis « trucider » c’est parce qu’on est bien d’accord qu’on parle d’atroces souffrances) ton voisin!! On a TOUS, l’espace d’une fraction de seconde, réfléchi à un moyen de dissimuler le corps d’un gros relou sous un fauteuil de la RATP!! Moi je me transforme en véritable serial killer dès que je pose le pied dans un RER. Et ce qui est fou c’est que les mobiles et les victimes sont vraiment variés:

-Tu as d’abord la fille qui pense que tout le wagon est passionné par sa vie et qui, du coup (quelle générosité de sa part), veut faire profiter tout le monde de sa « passionnante » journée en appelant sa pote. Et ce qui est magique avec cette fille c’est que la conversation commence souvent comme ça « Allô! Ouais je te tiens pas longtemps, je suis dans le train/bus/RER (au choix). Il m’est arrivé un truc mais je peux pas te le raconter là. Non mais je te dis pas!! Non sérieux, je préfère pas m’étendre sur le sujet »!! À ce stade, tu veux juste lui arracher son téléphone, le jeter sur les voies et lui dire que si elle veut pas en parler, et bien qu’elle ferme sa grande g… Bon, bien sûr, tu es civilisée donc tu t’abstiens et tu te dis qu’elle va bien finir par raccrocher. Vu la profondeur de la discussion, tu te dis qu’elle va épuiser le truc rapidement. Mais non!! Et c’est là qu’elle est stupéfiante (ouais carrément « stupéfiante ». J’ai pas peur des mots). Elle est à la limite de la provoc!! Elle continue de parler et pour rien dire en plus. Elle dit rien, mais elle le dit fort cette cruche!!! Et c’est au bout de 10 minutes (en principe, mais ça dépend bien entendu de ton seuil de tolérance) que tu envisages le meurtre… Pour ma part j’imagine que je lui fais bouffer son téléphone (manque d’air, longue agonie et tout ce qui s’en suit).

-Tu as ensuite le « jeune » (oui ça fait vieille de dire ça mais en soit, il est bien plus jeune que toi même si tu essaies de te mentir à toi même en te disant qu’il a deux ans de moins que toi, tu sais pertinemment que oui il a deux ans de moins que toi… quand t’avais 20 ans. Sauf que ça fait 8 ans que tu les as plus les 20 ans… Bref, déjà le mec il t’énerve parce qu’il est né après 1990 et ça c’est déjà une incitation à la haine en soi…). Le jeune en général prend de la place. Oui, le jeune de sexe masculin ne sait pas s’assoir les jambes serrées. Du coup, le jeune t’oblige à recroqueviller tes jambes alors que lui, il les a bien étendues les siennes. Mais le crime principal du jeune c’est d’être mélomane. Enfin, son plus grand crime c’est plutôt d’être un mélomane généreux… Et oui, le jeune veut faire partager. C’est pour ça qu’il se permet de monter le volume à fond, au point que tu te demandes si ses écouteurs sont factices!! Alors, là tu as plusieurs options (je te parle en connaissance de cause parce que j’ai eu le temps de réfléchir sur la question): Soit tu lui mets un énorme coup de poing dans son casque en espérant que le coup provoque des dégâts irréversibles sur son cerveau (si cerveau il y a) soit, et ça peut être beaucoup plus douloureux pour lui, tu choisis l’option plus subtile de soulever son casque et de lui hurler tout le répertoire d’Aznavour jusqu’au prochain arrêt en mode « La BOOOOOOhhhèèèmmmmeee!!!!! La BOOOhhèMMMMee! ». Bon l’effet pervers de cette option, c’est que les autres passagers te trouvent encore plus gênantes que le jeune et tu risques de devenir à ton tour une victime potentielle dans leur esprit… Mais bon, ça t’aurait fait du bien un instant!

Après tu as le couple in love. En soi, j’ai rien contre les couples amoureux. Je suis même contente pour eux. Mais par contre, j’ai un gros souci avec les couples un peu TROP amoureux en général (ça cache des choses…) et surtout trop amoureux de BON MATIN. En gros, j’ai la gerbe quand je me retrouve en face de deux loveurs qui se roulent des grosses pelles à 7 heures du mat à 5 cm de mon visage… Du coup, je pense double homicide!

Enfin tu as mon préféré. Le voisin fatigué. Le pauvre, il te ferait presque de la peine. Mais il arrive toujours un moment où tu te mets à rêver qu’il s’étouffe dans son sommeil. Il n’est pas méchant, il a juste eu une grosse journée. Il est crevé, ses yeux se ferment tous seuls. Et puis faut admettre que le ronronnement de la machine associé aux vibrations des roues sur les rails n’aide pas… ça le berce… Et du coup, il se laisse un peu aller…Il commence à somnoler. Et puis, il se laisse complètement aller… Et il commence à s’endormir. Et puis c’est le drame, sa tête vient se poser sur ton épaule!! Perso, déjà que je suis pas tactile avec les gens que je connais bien, quand un inconnu (et ça marche aussi au féminin) s’endort sur mon épaule, ben j’ai envie de lui démettre (son épaule!!!).

Et toi? T’as déjà eu des envies de meurtre dans les transports? Pour d’autres mobiles?

Rendez-vous sur Hellocoton !

29 thoughts on “Quand les transports en commun te transforment en serial killer

  1. Quel beau et vaste sujet que tu abordes ici!
    Pour ma part, les gens capables de me transformer en serial killer sont ceux qui te poussent 3 stations avant leur arrêt, de peur de ne pas arriver à descendre. Alors que le métro est à moitié vide. Ça me donne envie de les enchainer à la barre et de payer les autres voyageurs pour que cette personne soit fouettée jusqu’au terminus.

    1. Rhaaa les pressés!!! Une fois j’étais assise sur les marches tout le trajet et, bien 8 minutes avant que le train s’arrête, une femme se lève de son siège et se pointe derrière moi. Au bout de 30 secondes elle me tape sur l’épaule en mode « tu peux bouger? » J’ai péter un plomb… En gros je lui ai demandé si elle comptait sauter du train en marche et qu’autrement je me lèverai pas! Elle m’a traité de conne… Normal quoi…

  2. AHAHAHA qui n’a jamais vécu ça en même temps
    Les transports en commun c’est bien que ça existe
    Mais qu’est ce que ça peut être chiantissime parfois
    Notamment les gens relous qui croient que leur vie qu’ils racontent au téléphone t’intéresse
    NON NON, JAMAIS DESOLEE ^^
    http://www.mademoisellevi.com

  3. Ah moi ce sont les mendiants qui font de la musique qui me donnent des envies de meurtre, ils jouent faux et me cassent les oreilles ! Surtout quand j’ai la tête dans le cul tôt le matin… xD
    Les gens qui puent aussi, comment peut-on puer autant le matin à 7h ? Ils ne se lavent jamais, mettent les mêmes fringues toute la semaine….? Quand j’ai pris le train hier j’étais à côté d’une dame qui sentait vraiment le sanglier x_x

    1. @Mademoisellevi: heureusement que ça existe ouais… Mais c’est vrai que c’est pas facile tous les jours…
      @BleuwennDeCornouailles: j’ai justement eu le cas du « bonhomme qui pue » ce matin même. Un truc atroce. On était une dizaine à changer de wagon tellement l’odeur était insupportable.

  4. C’est que la liste est longue… les gens qui ne se lèvent pas des strapontins alors que la rame est blindée ET qui t’engueulent quand tu oses dires quelque chose… ceux qui pensent que les places assises sont réservées à leurs valises… et, bien sûr, le gars qui profite de l’affluence pour te coller une main aux fesses… Je vais m’arrêter là, je suis en train de m’énerver toute seule 😀

  5. J’adore ton style d’écriture, ça m’a bien fait rire, et c’est tout à fait ce que je ressent quand je prends les transports en commun en Ile-de-France, là-bas plus qu’ailleurs je trouve que les gens abusent ! 😉

  6. Les deux premiers surtout, des claques dans la tronche ><

    Merci pour cet article qui illustre parfaitement le problèe des gens prenant les transports en commun XD

  7. Ah ah moi j’en ai tous les jours des envies de meurtre dans les transports (3h par jour en tout forcément ça apporte son lot de possibilités…) Je rajouterai dans cette liste la personne qui ne veut pas se mettre à gauche dans les escalators alors que tu es pressée (c’est-à-dire que le prochain train est à 18h02 et que le suivant n’est qu’à 18h30…) ou encore le type qui te fixe tout le long on se sait pourquoi. Moi perso je fait partie des gens crevés mais ô grand jamais l’épaule de mon voisin n’accueille ma tête :p ce serait plutôt la vitre.

  8. Tu oublies ces gens qui confondent les sièges avec des porte bagages. Ils éparpillent leurs affaires sur le ou les sièges voisins du leur, puis toi t’es là debout, tu hésite à lui demander de retirer son bordel, puis t’as envie de prendre ses sacs et de les balancer par la fenêtre.

    1. Ah visiblement les sièges occupés par les sacs énervent beaucoup de monde! C’est vrai que c’est bien relou!!! Rhaa et « le lent de l’escalator »!! Après faut reconnaître que pour un touriste c’est pas un réflexe évident « la file de droite ». Moi, quand je suis arrivée de mon sud natal, je me souviens que je me moquais de ces parisiens complètement hystériques dans les escalators. Je m’étais juré que jamais ô grand jamais on me verrait en train de courir dans les escalators (c’est fait pour ne pas marcher alors autant en profiter). Et aujourd’hui tu me vois en sueur à Gare de Lyon en mode « mais barrez vous!!!! Baaarrezz vouuus!! » J’ai renié mes principes…

  9. eh oui ceux sont les joies des transports parisiens ! en lisant la partie du voisin qui s’endort en posant sa tête sur ton épaule, effectivement même si c’est la fenêtre est de l’autre coté, c’est toujours sur l’épaule du voisin, ça doit être plus confortable. T’as oublié les exhibitionnistes ! t as de la chance, ça veut dire que tu n’as pas eu droit à cette horrible spectacle

    1. Ah oui j’ai les chances d’avoir été épargnée!!! Mais un jour j’ai eu mon voisin d’en face (qui avez une tête à passer dans Faîtes entrer l’accusé) qui a fixé mes pieds pendant tout le trajet. ça n’aurait pas été gênant si j’avais porté des baskets ou des bottes mais c’était un jour où je portais des ballerines très échancrées et son regard était vraiment bizarre…. En fait c’était le regard lubrique associé aux petits mouvements de son bras qui se penchait vers mes pieds et s’arrêtait d’un coup qui m’ont vraiment mis l’angoisse. En gros on aurait dit qu’une partie de lui disait: « mais vas-y touche les ses pieds!! » et une autre: « non, t’as pas le droit et puis c’est dégueulasse!!! » Bref, pas d’exhibitionniste mais des malades quand même…

      1. mdr excuse moi ! y a vraiment des MALADE c’est incroyable ! en tout cas éviter les places à 6 au bout des wagons surtout sur la 7. c’est terminé ces places !

  10. Chouette article ! Mon favori celui ou celle qui te souffle son haleine (chargée) dans la figure parce qu’il / elle est énervé(e) par tout ce monde. Dans le genre, je suis le plus gêné et je le fais savoir. En fait, j’ai horreur des gens démonstratifs en général^^ . Bon courage pour la suite, tu as mon soutien. En ce qui me concerne, j’essaye de fuir les transports en commun au maximum… mais bon pas toujours possible 🙁

  11. Haha comme je te comprends ! Les transports en communs et plus particulièrement parisiens me faisaient me demander si j’avais pas des tendances un peu schyso haha. Les gens qui te piétinent les pieds, qui te bousculent, qui te respirent dessus , qui gigotent partout alors que le métro est plein ou alors le con qui a une énorme sac à dos qui donne des coups à qui en veux et même à qui n’en veut pas parce qu’il est pas foutu de le prendre dans ses mains !! Y en a tellement des mobiles !!!

  12. Trop drôle ton article mais c’est tellement vrai ! Bon courage dans les transports en commun, à moins que tu partes vivre ailleurs je suis pas sûre que tu y échappes 😉

  13. De mon côté, j’ai des légers penchants meurtrier quand tu prends les transports au terminus (ou tard le soir) – et qu’ils sont vides – et que le seul mec de la rame décide de venir se mettre JUSTE à côté de toi.
    Et puis, je suis souvent amené à prendre le RER B pour mon boulot (je descend au terminus Robinson), bah j’ai souvent des envies de tout casser car j’ai l’impression que c’est c’est la ligne la plus moisie de toute l’histoire des transports en commun du monde ! (moi non plus j’ai pas peur des mots) ^^

  14. C’est rigolo parce que justement hier je me suis dit que hier j’aurai pu finir en prison si j’avais à ma disposition une arme. xD J’étais dans le bus, assise. Un mec était derrière et s’est mis à faire du tam tam sur le siège sur lequel j’étais assise ce qui a créé de désagréables vibrations dans mon dos. J’ai dégainé mon plus beau sourire et demandait gentiment au cher monsieur s’il pouvait cesser avec un grand s’il vous plait. Il s’est arrêté mais a marmonné quelque chose, j’ai donc enchaîné par un « comment ? », et j’ai eu pour réponse un joli  » vas-y me parle pas ». Le trajet s’est fait sans encombres, et juste quand je suis sortie j’entends un « Vas y barres toi sale conne » ! Je me suis retournée non plus avec mon grand sourire mais avec de grands yeux noirs que même Voldemort me jalouserait. Il a baissé le regard immédiatement. De un il n’a pas eu les berlingots ( pour parler poliment) de m’insulter en face mais en plus il n’assume pas son insulte. Alors sur le coup je me suis dit qu’il avait bien de la chance car de un je n’étais pas armée, et de deux c’était le dernier bus de nuit et je ne pouvais donc pas remonter dedans pour lui expliquer la vie à ce cher monsieur.

    Je pourrai aussi te parler de la nana qui dès 8h parle parle parle parle dans le bus. Enfin parler n’est pas un problème mais c’est ce dont elle parle qui pose problème. On peut parler également du moment où tu veux rentrer dans le tram mais que les gens sont tellement niais qu’ils restent agglutinés près des portes et que tu ne peux donc pas rentrer dedans. -__-‘ Je comprends donc tes envies meurtrières puisque j’ai également les mêmes.

    1. Ah le rassemblement de cons dans les transports. Perso, depuis l’article j’en ai encore rencontré pas mal. Récemment, une vieille folle (désolé pour l’expression mais elle est était littéralement folle et plus très jeune) qui m’a carrément poussée au moment de descendre du RER (mais vraiment! En mode rugby). Du coup je lui dis « vous pourriez peut-être dire pardon non? » Et là, elle se met à hurler (mais vraiment hurler): « On pousse pas!!!! On pouuuussse paaas!!! » Du coup, j’ai eu la honte de ma vie parce que les gens ont pensé que c’était moi qui avait poussé une personne âgée!

      1. La grosse blague ! Personnellement ce qui m’énerve c’est que personne n’ose rien dire à ces gens, alors forcément quand une personne ose enfin bah ça fait tout drôle à ces personnes qui réagissent vraiment très bizarrement. ^^

Laisser un commentaire