Anaïs à la montagne!!

Tu as saisi la référence dans mon titre? J’ai jamais aimé les livres de Martine (Martine va à la plage, Martine à la ferme…). Je préfère de loin les versions détournées qu’on trouve aujourd’hui sur internet du style:

Bref… Ceci n’a aucun rapport avec l’article qui va suivre…

Non, aujourd’hui je veux te parler d’un sujet d’actualité. Enfin… d’un sujet qui concerne MON actualité personnelle: le ski, la montagne, la neige et tout ce qui va avec! Oui, c’est d’actualité pour moi parce que non seulement, les nationales autour de chez moi sont bouchées depuis hier à cause de la neige. J’ai bien dit « à cause de la neige » et non pas « parce qu’il neige »! Non Monsieur! Parce que chez moi, il neige pas, ou en tout cas, pas pour de vrai! En fait, il neige 2h tous les 2 ans le temps de courir dehors la langue tirée pour avaler un ou deux flocons (ne me juge pas OK!) et d’envoyer une photo des pauvres 2mm d’épaisseur qui sont dans ton jardin à tout ton répertoire et puis: plus rien! Enfin, plus rien… une autoroute bloquée par la neige qui est tombée dans le grand Nord (c’est-à-dire Montpellier), d’où les camions qui bloquent la nationale!
Tu as suivi?
Qu’est-ce que je disais??
Ah oui, donc, c’est d’actualité pour moi parce que demain, je pars à la montagne! Plus précisément, je pars en week-end chez mon meilleur pote et sa chérie et samedi, on va à la station la plus proche de chez lui pour profiter de la VRAIE neige.
On l’avait déjà fait l’an passé, mais grosse nouveauté cette année: on a décidé de prendre notre fille pour lui faire découvrir les plaisirs des stations de ski et ainsi tester sa réaction et son enthousiasme avant de nous lancer dans le grand défi d’une semaine entière au ski avec elle.

Du coup, qui dit une journée à la montagne avec un enfant de 3 ans, dit « qui est-ce qui se sacrifier pour la garder et se taper les descentes (et surtout les montées) en luge, les bonshommes de neige et autres réjouissances? »

J’ai pas eu besoin de beaucoup réfléchir à la question et je me suis « sacrifiée » pour plusieurs raisons:

Déjà, parce que sur 4 adultes, deux ne sont pas les parents de l’enfant concernée donc ça serait vraiment salaud de leur imposer ça…

Et sur les deux adultes qui restent, il y a le père de l’enfant qui met son cerveau en mode off dès qu’il pose un pied dans une station de ski… Quand je dis qu’il met son cerveau en pause c’est pas dans le sens négatif du terme. Simplement, il oublie tout le reste et se met en mode « ski » pour devenir un autre homme.
Je suis sérieuse! Le mec le plus à l’ouest que je connaisse et le moins organisé de la terre se métamorphose en véritable caporal dès qu’il met en place les pneus neige.

Ça donne des trucs du style : « On va prendre la piste 6 avant de redescendre par la rouge, puis on remontera pour se faire les deux noires de l’autre versant, après on enchaîne avec la rouge juste ici (parce qu’il ne quitte pas le plan de la station bien sûr) et surtout, je veux qu’on soit en bas des pistes pour l’ouverture!! » Et une fois, sur les pistes, ça repart de plus belle: « Anaïs, qu’est-ce que tu fous assise? Allez on y va. Non, mais tu sais quoi? Commence à descendre à ton rythme, et je te rejoins (traduction: tu vas pas assez vite donc descends  à ton rythme et quand tu es presque arrivée, je dévalerai la piste en too shuss pour te récupérer en bas en te faisant un petit signe de la main et en faisant semblant de pas entendre que tu me traites de connard ». Tout ça pour te dire que le ski occupe une place bien trop importante pour mon homme et je ne pouvais pas lui demander de se sacrifier.
Alors que moi… C’est pas que j’aime pas le ski… Non, j’aime le ski! Mais j’aime le ski tranquillou. En fait, je suis la skieuse qui aime skier s’il n’y a pas trop de monde sur les pistes, qu’elles sont pas trop étroites ni trop pentues, que la neige est agréable, qu’il fait beau et surtout si on me laisse y aller à mon rythme. Ce que j’aime par-dessus tout au ski, c’est le moment de la pause repas et les remontées mécaniques en fait.
Tu me diras, si dans les deux personnes qui restent, il y a mon meilleur ami, j’aurai pu lui demander de s’occuper de ma fille pour que je profite un peu des pistes, et là, on arrive à la deuxième raison de mon « sacrifice »:

Je connais cette personne depuis 30 ans. C’est mon meilleur ami, par conséquent, tu te doutes que c’est le mec le plus gentil du monde… excepté lorsqu’il se trouve sur des pistes de ski….

Je sais pas pourquoi (c’est peut-être l’effet de l’air de la montagne), mais le mec change lorsqu’il enfile ses après-skis. L’air frais a deux effets sur lui: d‘une part il se met à donner de TRES mauvais conseils. Lui qui est quelqu’un de posé et réfléchi en temps normal devient carrément taré quand il s’agit de glisse et, d’autre part, il perd toute notion d’empathie.

Explication en deux illustrations:

Concernant d’abord ses mauvais conseils: Qui dit ami d’enfance dit souvenir d’enfance. Et je n’oublierai jamais cet hiver 1998, classe de neige en CM2 Porté-Puymorens, toi-même tu sais!

Je n’avais jamais mis un pied sur des skis de ma vie contrairement à mes amis qui eux profitaient de la proximité des Pyrénées pour perfectionner leur planté de bâton depuis leur plus tendre enfance. J’étais un peu dégoutée à l’idée d’être séparée d’eux pour le séjour étant donné qu’ils allaient être dans le groupe des « forts » et moi des « faibles » (quelle violence pour un enfant ces noms de groupe quand même). J’étais désespérée jusqu’à ce que mon meilleur pote me suggère l’idée du siècle: « T’as qu’à dire que tu sais skier. Franchement, c’est facile, tu mets tes pieds comme ça (bon c’est visuel, mais tu imagines mon pote en train de m’expliquer avec ses pieds) et puis ça va tout seul!! ».
J’avais 10 ans, j’ai dit BANCO!

Et voilà que je me retrouve sur un tire-fesse à me demander ce que je fous là et surtout comment je vais faire quand ce truc va arriver en haut de la piste. Bon, j’ai pas tellement eu le temps de stresser sur ce dernier point étant donné que je me suis rétamée au milieu de la montée. J’ai du ramper pour arriver au niveau des autres élèves, et là, le moniteur a voulu tester notre niveau en nous demandant de descendre chacun notre tour… Je te laisse imaginer ma descente (pour visualiser, sache que mon ventre a davantage touché la piste que mes skis).

Je l’ai maudit (mon pote! Pas mon ventre…). Peut-être même que je l’ai détesté à ce moment précis.
Concernant ensuite son côté « distant »: L’an dernier, on s’était fait une journée ski tous les quatre, lui, sa chérie, mon homme et moi. Tout se passait bien. Bon, bien évidemment, la différence de niveau se faisait ressentir, mais il y avait quand même une bonne ambiance. J’ai réussi à suivre tout le monde tout au long de la journée, je ne me suis fait vraiment mal qu’à la 11e chute, les dix premières ayant été spectaculaires, mais sans conséquence majeures sur mon intégrité physique. Bref, bonne journée sympa entre potes jusqu’au soir.
Mon pote avait filmé quelques descentes avec sa go pro fixée sur son torse et nous avons décidé de visionner les images le soir devant l’apéro. Et c’est là que j’ai failli lui cracher ma bière à la figure quand j’ai vu ou plutôt quand j’ai entendu!!
Eh oui, j’ai la preuve sonore de son côté « enflure sur skis » puisque sur une des vidéos, on voit clairement qu’alors que je viens de chuter  avec grâce et élégance sur le côté droit de la piste, mon « meilleur ami » passe en trombe à ma gauche. Sur le coup, tu peux penser qu’il m’a pas vu… Mais impossible de croire cette version à la fin de la vidéo puisque, arriver en bas de la piste, cet enfoiré s’arrête net à côté de mon homme et lui lance nonchalamment: « pfff, Anaïs s’est encore ramassée »!!

Quand j’ai vu cette vidéo, deux choses m’ont frappé:
1. Ce connard m’avait bien vu quand il est passé et n’a pas daigné s’arrêter pour savoir si tout aller bien.
2. Mon mec a ri..

J’en suis arrivée à la conclusion qu’en dessous d’une certaine température, ces deux individus passaient du côté obscur de la force… D’où ma décision de rester sur la piste luge avec ma fille cette année. Voilà donc l’explication.

CQFD!!

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

One thought on “Anaïs à la montagne!!

Laisser un commentaire