Les raisons de ma colère

Les raisons de ma colère-La parenthèse d'Anaïs

Alors je te préviens tout de suite. Même si les raisons de ma colère ont « quelques peu » évolué ces dernières semaines, cet article est tout sauf profond ou engagé. Au contraire. Après avoir passé une longue période sans réussir à trouver la motivation pour écrire, j’ai enfin décidé de publier ce post qui traînait dans un coin de ma petite tête depuis déjà quelques temps. Il ne parle ni d’attentat, ni de religion, ni de guerre. Non, il parle de ce que je maîtrise le mieux et de ce qui me caractérise sûrement le plus : la futilité. Ben oui, parce que pour reprendre les mots de certaines personnes qui ont eu la gentillesse de me l’écrire sur le blog ou facebook ces derniers jours, lire des conneries ça fait du bien au moral et en écrire, c’est pareil. Alors pourquoi s’en priver!

Rentrons dans le vif du sujet! Je me suis récemment rendue compte que je manquais cruellement d’honnêteté vis-à-vis de moi-même (et vis-à-vis des autres aussi de temps en temps mais ça c’est une autre histoire…). Dans ma tête, j’ai l’impression que je suis une meuf relativement zen qui arrive à prendre du recul sur les petits accrocs de la vie. Ouais, dans ma tête je suis une sorte de Dalaï Lama en jupe trapèze quoi!! Mais à bien y réfléchir je me rends compte que je suis surtout une grosse mytho!! J’ai fait ce triste constat le jour où j’ai eu l’idée de dresser la liste de toutes les petites (et grandes) choses du quotidien qui me font péter un plomb. Oui j’ai des idées comme ça! Et je me suis alors rendue compte qu’au lieu d’un sage bouddhiste je m’apparentais plutôt à un Gremlins (après mutation bien entendu et les poils en moins, heureusement).

Mais ne me juge pas de suite! Que celle qui ne se retrouve dans aucune des « Raisons de ma Colère » me jette la première pierre!!

Tout d’abord, la première chose qui m’exaspère et me donne des envies de meurtre est liée aux collants.

Ah les collants! Avoue que nous les filles, on a quand même une relation hyper bizarre avec les collants! C’est quand même le seul accessoire mode pour lequel on a la pression au moment de l’enfiler non? Personnellement, quand j’ouvre un paquet de collant, de l’extérieur on doit avoir l’impression que je suis en train de manipuler un diamant de 14 carats. Je me passe de la crème sur les mains avant pour éviter d’avoir des petites peaux qui pourraient l’abimer. J’attends que la crème pénètre bien, je prends une bonne respiration, je fais craquer mes doigts et là, je commence à ouvrir le carton. Puis je déplie délicatement les collants en essayant de me rassurer en répétant dans ma tête:

« C’est des collants super résistants! C’est écrit sur la boîte. Si c’est écrit sur la boîte, on peut leur faire confiance. Et puis vu le prix qu’ils m’ont coûté ils vont quand même pas se filer dès maintenant! Allez Anaïs, sois forte, applique toi! Tu vas réussir à les enfiler sans les filer!! » Bon OK j’exagère un peu mais vraiment à peine.

Viens ensuite le moment de les enfiler. Là tu t’appliques bien à les retrousser sur la main, puis tu les fais délicatement glisser sur ta jambe gauche puis la droite et arriver en haut, tu tires un peu (mais pas trop malheureuse!!!) pour qu’ils soient bien en place. Et là, t’es fière, t’es heureuse mais tu sais que tu vas passer ta journée dans la crainte: la crainte de la maille filée!!

Tout ça pour te dire qu’à chaque fois que mes collants se filent je pense à ces connards d’industriels! Pourquoi? Parce qu’un jour, un mec sympa a inventé les collants. Le mec je lui dis Bravo! Je lui dis même Monsieur! Tu sais pourquoi? Parce que ce mec avait pas simplement inventé les collants. Non! Il avait inventé des collants qui ne filent pas! Un génie!! Et quand il a balancé son projet, ce connard (ou d’autres connards qui ont investi pour lui, je connais pas l’histoire en détail) a réfléchi et il s’est dit: « Mais c’est un peu con mon idée… Si les femmes achètent une paire de collant qui ne se file pas, elles vont peut-être en acheter deux trois paires mais c’est tout, alors que si on décide de mettre sur le marché des collants à l’obsolescence programmée on va s’en mettre plein les fouilles!!  »

Voilà, pourquoi à cause de connards (des hommes sûrement…) je suis obligée de me trimballer toute la journée avec un petit pot de vernis (au cas où) et voilà pourquoi je suis super énervée à chaque fois que je passe devant le rayon collants du monop!!!

Dans le registre « je pense qu’à mon apparence mais je me soigne », y a un autre truc qui me fout les nerfs et c’est lié aux cheveux. Si comme moi tu as les cheveux à tendance bouclée, frisée, ondulée (bref, bien chiants à coiffer) tu vas de suite comprendre de quoi je parle si je te dis le mot clé: humidité. Combien de fois je me suis appliquée à faire un brushing du feu de Dieu juste avant (au choix) d’aller étendre mon linge, d’ouvrir mon lave-vaisselle juste après qu’il ait terminé son cycle, d’égoutter des pâtes.

Ça peut paraître anodin pour toi Déesse aux cheveux lisses mais ça ne l’est pas pour le commun des mortel(le)s. Dans ces cas, retour à la case départ: lissage au fer, serum lissant et tout le tralala. Chienne de vie…

Il y a aussi une variante qui cette fois parlera sûrement à toutes les filles: le vernis!! Que celle qui n’a pas eu une folle envie de se gratter ou d’aller faire pipi juste après avoir fait sa manucure, s’être posée une couche de base, deux de vernis et une de top coat lève le doigts (et montre son vernis tout abîmé)!!

Je t’en avais déjà parlé dans mon article « ah si tu pouvais fermer ta gueule » (et vu les commentaires liés à cet article visiblement je ne suis pas la seule dans ce cas) une des choses qui m’énerve le plus c’est MOI. Ouais, je reconnais que je m’énerve souvent. Par exemple, je m’énerve quand je stresse à l’idée de devoir passer un coup de téléphone (ça marche pour tous les appels autres que personnels). Et surtout je m’énerve quand, après avoir répété à peu près 6 fois ce que je dois dire, je fous tout en l’air juste après le « Allô ». Dernier exemple en date, la semaine dernière j’étais hyper concentrée sur ce que je devais dire à la directrice de la crèche de ma fille sauf que j’ai commencé la conversation comme ça:

« Allô, bonjour! C’est la maman d’Anaïs ».

La dame de la crèche: « Bonjour madame. Désolé mais nous n’avons pas d’enfant du nom d’Anaïs ».

Moi: « Ah oui! Euh non! Pardon! C’est moi Anaïs en fait… Je me suis trompée… heu..hihi. » Autant te dire que je devais respirer l’intelligence au bout du fil.

Ah et temps qu’on est sur le prénom Anaïs. Truc complètement puéril mais ça m’énerve quand j’entends qu’une autre fille s’appelle Anaïs. C’est complètement con mais j’arrive pas à le contrôler et les fois où je tombe sur la miss météo de France 2 qui s’appelle Anaïs je peux pas m’empêcher de râler dans ma barbe: « C’est pas elle la vraie!! » Parce que dans ma tête, c’est moi la vraie Anaïs. Les autres ne sont que des contrefaçons!!

Y a un truc qui m’énerve aussi c’est les courbatures après le sport! Plus précisément, ce qui m’énerve c’est quand tu dis à un ami sportif que tu douilles à cause de la séance de la veille et que cet ami te répond:

« C’est bien! Si t’as mal c’est que ça prouve que c’est efficace! »

Est-ce que, comme moi, t’as envie de tuer cette personne en l’étranglant avec ta corde à sauter tout en lui criant: « Mais arrête tes conneries!!!! Si j’avais le cul de Shakira et le ventre de Kendall Jenner, là tu pourrais me dire que c’est efficace!!! Les courbatures ça me prouve juste qu’il y a des partis de mon corps dont j’ignorais l’existence!! C’est tout ce que ça prouve OK!!!! »

Bon bien sûr parmi les choses qui m’énervent, y a aussi des gens. Ces gens sont de différentes sortes mais on peut plus ou moins tous les regrouper sous la dénomination de « Gros cons »! Les derniers que j’ai pu rencontrer étaient un couple assis à côté de moi à la bibliothèque. J’aurais pu poursuivre ces braves personnes pour non assistance à personne en danger! (à la base je voulais écrire ces bâtards mais ma mère qui est ma plus grande lectrice est choquée par mon langage châtier et je pense que cet article risque de la tuer alors je la ménage! Bisous maman).

En résumé, j’étais malade (donc je les énervais déjà en toussant toute la journée), je crachais mes poumons jusqu’à un moment où je me suis carrément étouffée. Mais quand je te dis « étouffée » c’est vraiment ÉTOUFFÉE genre je pleurais, je faisais des bruits bizarres à la Dark Vador et j’arrivais difficilement à reprendre mon souffle. Tu crois que ces bâtards  braves personnes m’auraient aidé ou auraient au moins fait semblant de savoir si ça allait? NON!! Ils m’ont gentiment fait comprendre que j’abusais de faire autant de bruit! J’étais en train de mourir ENFOIRÉS (pardon maman). Bref, ce genre de personnes m’énervent tu l’auras compris.

Enfin, il y a une dernière personne qui a le don de réussir à m’apaiser autant qu’à m’énerver: c’est mon homme. Autant, la plupart du temps il est plutôt une des raisons de mon bonheur (mon Dieu que c’est mièvre…), autant parfois il est au top of the top des raisons de ma colère. Et je suis sûre que ton mec a des points communs avec le mien…

Par exemple est-ce que le tien, le seul jour où il décide de lancer une machine de linge, il est tout foufou, il s’emballe et il saute l’étape de la vérification des étiquettes? Porté par l’envie de te faire plaisir en réalisant sa première lessive de l’année, l’homme glisse donc au milieu de ses jeans et affaires de rugby (pourquoi faire le tri?) ton pull tout neuf dont l’étiquette précisait pourtant qu’il devait impérativement être lavé à sec. En soi, ça part d’un bon sentiment. Tu as envie de prendre sur toi et de ne pas le pourrir alors tu respires un bon coup et tu essais de te convaincre que non ton pull n’est pas foutu. OK il a changé de couleur et d’aspect mais il est plus « original » comme ça. Mais quand ton homme se permet de râler parce que « ton nouveau pull laisse des bouloches partout »… Là tu exploses!!! Ce même homme peut aussi te faire complètement craqué quand tu vas faire les magasins avec lui et que Monsieur prends des vêtements au hasard et attend d’être en cabine pour te demander d’aller chercher les mêmes mais à sa taille!!!

Et quand tu lui demandes : « Mais pourquoi t’as pas regarder les tailles? » et qu’il te répond: « J’aime pas chercher les étiquettes », là tout remonte: l’histoire de ton pull, de la machine, des bouloches et avec, l’ envie de tout casser chez H&M!!!

Alors, tu me la jettes cette première pierre??

Des bisous!

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 thoughts on “Les raisons de ma colère

  1. Coucou la vraie Anais 🙂
    Comme d’habitude tu m’as bien fait rire ! Je suis tout à fait d’accord avec toi pour les collants. Je n’arrive pas à le garder une journée complète sans le filer. Du coup ce n’est pas un vernis que j’emmène avec moi, mais une deuxième paire. Et pour ton cheri dans les magasins, heureusement le mien ne fait pas ça ! Sinon je n’irai même plus avec lui dans les magasind. Bisous

    1. Merci @Lina pour ton commentaire et pour admettre que c’est moi la vraie!! 🙂 Pour le chéri, je pense qu’un jour je vais tout lui jeter dans la cabine « sans regarder les étiquettes » et je vais me barrer m’acheter des trucs pour moi!! Bisous

  2. Un vrai bonheur de te retrouver!! Ca faisait quelques temps que je n’étais pas passé, légèrement overbookée je voyais les notifs et me disait « je reviendrai, un jour je reviendrai », et là pouf, presque les vacances, je reprends le fil de mes blogs préférés et je tombe sur cet article. (j’ai lu beaucoup de blog pendant le congé mat’, il y a un an, mais je n’en ai gardé que 2-3, dont celui-ci :*)
    M E R C I !! Cet article est tellement juste! tellement « real-life »! J’ai envie de tuer les gens qui inventent les collants, les vernis, qui te regardent en coin quand tu tousses (« c’est tellement agréable de tousser meuf je le fais exprès… et même je m’entraine le soir hein! ») … Et ce « allô »… J’ai trouvé la parade au boulot, je ne dis plus que mon nom et ma boîte quand je décroche parce que sinon je suis la reine du « Allô, Aline XX, bonjour » « oui bonjour c’est madame XX j’appelle pour… » et là, greluche de service « oui, bonjour »… et la pauvre interlocutrice, gênée que te re-redis bonjour! (Je fais la même avec les « merci », qui se cachent toutes les deux lignes de mes mails)
    Tiens d’ailleurs, encore MERCI 😉

    1. Merci @Alinette pour ton message!!! ça me fait vraiment très plaisir! J’ai pas trop le temps d’écrire en ce moment mais ton commentaire me motive! Bonne fêtes et à très vite j’espère. Bises. Anaïs

Laisser un commentaire